CR : Triathlon Quiberon M

Une bonne préparation

A l'aube de ce premier triathlon M, j'aurais préféré être affuté comme un beau diable. Et comme si une préparation course à pied en mousse n'était pas suffisante, voilà qu'un rhume a pointé le bout de son nez le jeudi soir. Pour se rassurer, direction la pharmacie, HUMEX sera mon meilleur copain jusqu'a dimanche 15h. Pour continuer cette préparation optimum, un verre de rosé et une petite bière entre amis, me permettront de tuer les derniers microbes le samedi soir. 

Triathlon Quiberon M - 01

Triathlon Quiberon M - 03

Triathlon Quiberon M- 05

L'avant course

Le départ étant prévu à 15h, j'assure pour me retrouver sur place vers 13h. L'organisation est top, il faut dire qu'avec 350 tee-shirt orange, ça en fait des bénévoles. Après avoir quelques peu tourné pour stationner, je trouve une place à deux pas du parc à vélo. Parfait je pourrais retourner à la voiture en rampant. Trente minutes plus tard me voilà en possession de mon petit sac, tout le matos pour attaquer cette épreuve est là, dossard, autocollant, niniches de quiberon... Après une petite frayeur pour un autocollant manquant, me voilà installé à mon emplacement dans le parc à Vélo. Facile et pratique à retenir je suis au bout du grillage ! La course débute dans 20 minutes, les objectifs sont bien en tête (rappel dans ce billet), let's go !

Une entrée en matière compliquée

Il est 15H, le top départ est donné pour la trentaine de féminine présentent ce dimanche. Alors qu'elles foncent vers la première bouée les arbitres font leur show avec les 480 triathlètes impatient d'en découdre. Départ depuis la plage, on m'avait prévenus, ça va être la guerre ! J'avais bien compris le message, mais je n'étais pas vraiment prêt... Les coups volent dans tous les sens et je me débats au milieu d'une jungle de bras et de jambes pour progresser. Les vagues ne sont pas là pour nous aider, les bouées disparaissent de temps à autres mais je continue de progresser à mon rythme. La sortie à l'australienne arrive rapidement, rapide coup d'oeil à ma montre, 15 minutes, j'ai déjà pris un peu de retard sur l'objectif. Deuxième vérification avant de retourner à l'eau, la montre m'indique 900m de parcourus, soit 150m de plus que la longueur prévue... Je ne suis pas trop mal, et au pire, j'ai mon excuse ! De retour dans l'eau avec une trentaine de nageurs la bagarre continue, je compterais les bleus plus tard ! Finalement, je sors de l'eau après 1800 mètres de natation en 34 minutes. Un rapide regard derrière moi me permet de constater que je suis loin des dernières places. Au final 281/508, pas mal avant d'attaquer mon point faible ! 

Triathlon Quiberon M- 06

Le vélo ce n'est pas que du plaisir

Triathlon M de Quiberon - 08

Il m'aura fallu quetres minutes pour atteindre mon vélo, enlever la combi et monter sur le vélo. Depuis quelques temps mes chaussures restent sur le vélo, afin de m’entraîner à les enfiler en roulant. Cette technique, recommandé par Mat, doit me permettre de faciliter les transitions. A l'entrainement c'est efficace, il ne reste plus qu'à le concrétiser en course. Chose beaucoup plus compliquée, si ça roule pour le pied droit, j'ai frôlé la catastrophe côté gauche, avec une chaussure qui se décroche. Mais un rattrapage au vol me permets quand même de repartir sans perdre trop de temps. En y repensant, les supporters ont du bien rigoler en regardant ce tocard qui ne s'est pas mettre de chaussure ^^ ! 

Je savais que la partie vélo allait être compliquée pour moi. Si les premiers kilomètres se sont plutôt bien passés cela s'est gâté par la suite. Après seulement sept kilomètres, un dos d’âne me fait appuyer sur ma montre, je passe en mode T2. Résultat, je n'ai plus aucun repère, je ne sais pas à quel vitesse je roule, ni la distance parcourue. Et si cela ne suffisait pas, je me fais doubler comme si j'étais sur un tricycle ! Le moral est atteint, mais je m'accroche et tente de garder le rythme sur la magnifique côte sauvage Quiberonnaise. Fin de la première boucle, enfin un repère, 1h20 de course, je suis dans les temps. Deuxième passage sur le dos d'âne, deuxième sanction, passage en mode run, quel manque de lucidité... La montre bip désormais tous les kilomètres, mais cela me permet de constater que mon rythme n'est pas si mauvais. une moyenne aux alentours de 29km/h. Pas si mal pour des cuisses en mousse mais loin, très loin des leaders. Finalement 418/508 sur la partie vélo en 1h19 soit six minutes de moins que l'objectif. Maintenant il va falloir attaquer sur la course à pied pour grappiller un max de place !

Des cannes qui répondent

La T2 est bâchée en moins d'une minute et me voilà partis pour une course contre-la-montre. L'objectif des 2 h 55 est largement à ma portée, il me suffit de ne pas exploser en course à pied. Je me laisse guider par mes sensations et me surprends à parcourir les deux premiers kilomètres à une vitesse de 4'35/kilo. Le moral remonte au fur et à mesure que je dépasse des concurrents. Cette sensation est grisante est me permet de maintenir le rythme ! Pour la première fois de la journée, je croise une collègue, on échange quelques mots d'encouragement, toujours appréciable dans cette situation. A vu de nez l'écart est de huit minutes, je maintient le rythme afin de réduire au maximum l'écart jusqu’à la ligne d'arrivée. A chaque croisement je suis en avance, c'est bon signe et accessoirement, cela me permet de reprendre des dizaines de triathlète. Je passe la flamme rouge du dernier kilomètre avec encore quelques coureurs à porter de foulées. Je jette mes dernières force dans la bataille pour gratter cinq dernières places. Au final j'avais des jambes et je parcours la distance en 45'43, soit le 248ème temps des 508 participants.

Triathlon M de Quiberon - 12

Une première réussie

Triathlon de Quiberon - finish

Cette première sur la distance olympique se solde par une 370ème place qui suffit à mon bonheur. Les objectifs sont largement atteint avec un temps final de 2h44'39". Le point à travailler est criant, il va falloir faire tourner les jambes pour progresser l'année prochaine. Il est désormais temps de se remettre à bosser pour le prochain gros objectif de la saison, Grand trail du sancy me voilà ! Pour le triathlon, je vous donne rendez vous l'année prochaine, sera-t-il raisonnable de viser le sub 2h30 ? Il est accessible sur ce type de parcours avec une bonne partie vélo, il n'y a plus qu'à !!

Merci à l'organisation qui s'est avérée parfaite dans un cadre magnifique malgré la météo. Et je n'oublie pas non plus mon photographe du jour, MERCI !

Auteur de l’article : Diabolo

Traileur amateur et triathlète en mousse je partage volontiers mes exploits en carton avec vous. Grand amateur des nouvelles technologies, je prends plaisir à mettre à jour PixelTriahtlon autant que je peux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *