Gérer l’entre deux compétitions

Définir le plan

Pour la première fois dans ma carrière de triathlète en mousse, me voila à devoir gérer le maintient de ma forme entre deux compétitions "objectif". Car après avoir participé à mon premier half le 23 Juillet, je suis d'or et déjà inscrit à l'émeraude tri race le 10 Septembre. Je me retrouve donc avec sept semaines d'entrainement à organiser. J'ai décidé de les découper en trois phases distinct. Une première accès sur la récupération, car après les 6h d'effort de l'IronBreizh, il y en avait besoin. Le cycle suivant aura pour but de retrouver mon niveau de forme. Et une dernière phase pré-compétition pour emmagasiner un maximum de pep's pour le jour J. En théorie cela devrait ressembler à ça !

Entre deux compétitions

Appréhender la récup'

Pour ma part j'ai décidé de m'octroyer 2 semaines de break. Et j'en avais besoin, une certaine lassitude c'était installée dans les entraînements. Cependant récupération ne rime pas avec néant. Je vais donc profiter de cette petite trêve estivale pour m'essayer à des sports de saison. Le but étant de continuer à faire du sport de façon plus ludique et avec beaucoup moins d'intensité qu'à l'accoutumé. Cette année j'ai la chance de passer une semaine dans les landes, j'en profiterais donc pour m'essayer aux sports du coin (surf, Bodyboard...). Et je vous invite grandement à faire de même pour repartir en pleine forme !

Bosser les points faibles

Le deuxième bloc sera consacré à du spécifique en vue de l'Emeraude Tri Race. Je vais m'appuyer sur ma première expérience de l'IronBreizh pour cibler quelques axes à travailler. Comme vous avez pu le lire dans mon CR, le vélo est clairement mon point faible. Il s'agit également de la discipline pour laquelle je passe le moins de temps à l'entrainement. Je vais donc profiter des vacances et des jours rallongés pour m'astreindre à 2 sorties hebdomadaires. Vous l'aurez compris à la fin de l'été je devrais arborer un jolie bronzage cycliste qui signifiera que l'entrainement a été tenu. Il faudra néanmoins maintenir le niveau en run et nat' si je veux descendre sous les 5h58.

Recharger les batteries

Comme dans toute prépa qui se respecte, il faut finir par la phase qu'on appel barbarement "affûtage" ! N'ayant jamais été affûté comme une lame de rasoir, pour moi c'est le bloc "no beer, no burger". De mon coté, elle consiste a une baisse du volume d'entrainement et une période sans excès. Le but est d'arrivée frais le jour J pour performer ! Dans mon cas simplement devenir finisher et tout donner me convient.

Pour faire simple

En conclusion organiser votre temps entre 2 compétitions rapprochées est assez simple. il vous faudra, une à deux semaines de récupération post compétition et une à deux semaines de "no beer, no burger et no pizza". Le reste du temps est consacré aux entraînements spécifiques. Et pour mon cas personnel le spécifique consistera à travailler les points faibles. Tout cela reste de la théorie, reste à le faire valider avec une bonne performance le 10 septembre.

Auteur de l’article : Diabolo

Traileur amateur et triathlète en mousse je partage volontiers mes exploits en carton avec vous. Grand amateur des nouvelles technologies, je prends plaisir à mettre à jour PixelTriahtlon autant que je peux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *